Ouverture d’une fondation abritant des résidences d'artistes dans un patrimoine réhabilité à l'automne 2018

files/horloge/data/content-ico/20170224_expo fiminco_0001.jpgfiles/horloge/data/content-ico/20170224_expo fiminco_0023.jpg

La Fondation Fiminco investira, après une lourde réhabilitation, l'ancienne chaufferie et d'anciens laboratoires de l'usine Sanofi (bâtiments Carrel, Nocard et Chauveau). Un auditorium, trois espaces d’exposition, cinq galeries et un espace consacré à une grande collection y seront aménagés, sur près de 9000 m². La fondation disposera d’équipements lui permettant de réaliser, sur plus de 1 200 m², plusieurs expositions simultanées, parfois en partenariat avec les acteurs du site.

La fondation mettra gracieusement à disposition des artistes - sélectionnés par un comité - un logement, un espace de travail ainsi qu'un accompagnement dans le développement de projets. Soucieuse de soutenir la création à l’échelle internationale mais aussi locale, la fondation louera par ailleurs plusieurs studios à des artistes implantés sur le territoire.

A l’Horloge, on expérimente l’agriculture urbaine !

Des serres urbaines où l’on teste la culture de micro-pousses, du maraîchage sur l’un des toits du nouveau programme de logements… Dans le quartier de l’Horloge, on s’attache à recréer un lien à l’agriculture, en développant notamment la production agricole sur des espaces réduits. Une manière de favoriser les circuits courts, et aussi de renouer avec la tradition maraîchère de Romainville. 

Depuis le printemps 2015, une micro-ferme urbaine est installée en face du Pa­villon de l’Horloge, sur un terrain mis à disposition par Séquano Aménage­ment. On y expérimente la culture sous serrre de micro-pousses : de jeunes pousses de légumes cultivées en bacs, à mi-chemin entre les graines germées et les légumes matures. Développé par le réseau Cocagne et l’association Le Paysan Urbain, le projet a fêté sa première récolte fin juillet 2016. 

Plus largement, les toi­tures végétalisées seront privilégiées dans le quartier, contribuant à améliorer la perfor­mance énergétique des bâtiments et la qualité de l’air urbain.

Cette expérimentation s’inscrit dans une volonté globale de Romainville de développer l’agriculture urbaine dans la ville.

La trentaine de jardins familiaux qui existaient dans le quartier vont continuer à vivre ailleurs. Les jardiniers qui le souhaitent disposeront d’une nouvelle parcelle sur le secteur des Coudes Cornettes.

 

Pour en savoir plus, consultez la page Facebook du Paysan Urbain.